Posted on Nov 05, 2019

La douleur au quotidien

Commentaires Commenter
Fille douleur tête

Si selon l’OMS, la douleur chronique est une maladie à part entière dans la classification internationale des maladies, en France, la douleur au quotidien est jugée complexe.

De l’avis même des professionnels de la santé :

« La douleur revêt différentes formes, la douleur reste complexe, multifactorielle, d’expression très variable d’un patient à l’autre, ce qui la rend difficile à prendre en charge et qui rend son traitement parfois difficile » (source Société Française d’Étude et de Traitement de la Douleur – SFETD).

Toujours selon la SFETD, c’est plus de 12 millions de Français qui souffrent de douleurs chroniques. Par ailleurs, l’Académie de Médecine annonçait, fin 2018, jusqu’à 20 millions d’individus souffrant de douleurs.

Vivre avec la douleur

La douleur au quotidien a un réel impact sur la vie et cela à n’importe quel âge !
Comment travailler ou mener à bien sa scolarité dans de telles conditions ?
Quel est le quotidien de ces personnes qui souffrent de douleurs au quotidien et d’errance de diagnostic médical ?

Malgré des avancées dans sa compréhension et sa classification, en France la douleur est classifiée reste encore incomprise :

    • aiguë, de courte durée qui disparaît dans le temps attendu de la guérison
    • chronique, qui dure et évolue au-delà de 3 à 6 mois
    • nociceptive, externe (chaleur, brûlure,…) ou interne (inflammation, arthrose…)
    • neuropathique, due à un dysfonctionnement du système nerveux,
    • psychogène, liée à un dysfonctionnement du système neuro-psychique (trouble émotionnel ou psychiatrique).

Plan douleur et lois

En France, le dernier plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur date de 2006-2010.

Pourtant, malgré la loi nᵒ2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, d’une part, et celle consacrée comme priorité dans la loi 2004-810 du 13 août 2004, d’autre part, aucun plan, aucune action gouvernementale n’ont donc été mis en œuvre autour de la douleur à ce jour.

En 2015, on recensait en France près de de 250 structures labellisées de la douleur chronique, soit 98 centres et 154 consultations, « un maillage unique dans le monde ».

Combien de structures se trouvent en sous effectif ? Combien de structures ont fermé ?

Le nombre de personnes souffrant de douleurs chroniques serait-il en régression ? Non, ce n’est malheureusement pas le cas. Aujourd’hui, en France, pour obtenir un rendez-vous certains d’entre nous attendent entre 3 et 9 mois, voir plus suivant les témoignages de nos abonnés.

La prise en charge de la douleur occupe la première place des attentes exprimées par les associations de patients toutes pathologies confondues.

Signalons au passage l’absence totale de statistiques concernant les enfants.

La pétition

Conformément au texte de  la pétition « Reconnaissance et prise en charge adaptée de la douleur », mise en ligne le 4 septembre 2018, notre objectif est de faire reconnaître la douleur chronique comme une pathologie à part entière en France, mesurée dans son degré de gravité.

Écouter les patients qui souffrent

En 2019, la douleur au quotidien peut conduire au suicide, tout comme y a été conduit un jeune père de famille en juillet dernier qui ne supportait plus ses douleurs.

Combien de malades subissent au quotidien dans leur entourage familial, professionnel, médical un regard suspicieux, une remarque désobligeante du genre : « oui moi aussi j’ai mal et je ne me plains pas », « oh mais arrête de te plaindre, moi aussi j’ai mal et je dis rien » ou bien « t’es pas bien dans ta tête, c’est pour ça qu’t’as mal*».

La douleur est réelle, personne n’est à l’abri de ne pas la subir au moins une fois dans sa vie.

Aujourd’hui, avec un peu plus de 15.000 signatures au compteur, nous demandons aux :

  • particuliers de signer la pétition du Collectif Stop Douleur,
  • patients de rejoindre le collectif (adhésion gratuite),
  • associations** de se joindre à nous,

afin d’aider ceux qui souffrent aujourd’hui, ceux qui souffrirons demain, si rien n’avance

 

Signez la pétition pour une meilleure prise en charge de la douleur.

La Journée Mondiale de la Douleur est un jour défini chaque année,
il s’agit du 3ème lundi du mois d’octobre.
Ne banalisez pas cette journée en modifiant sa date à votre gré.

 

*phrase entendue tous les jours par une jeune patiente de 12 ans en centre de rééducation,

**votre association a peut-être été contactée le 23 mars 2019.

Remonter en haut